L’enfant qui avait un parent préféré


Vie de maman / mercredi, juin 20th, 2018

Bonjour à tous !!

J’espère que vous vous portez bien et que le retour des (vrais) beaux jours et de la vitamine D vous a requinqué ! Ici ça va impeccable malgres des petites problèmes techniques, (certains ont remarqué que le blog était en « stand-by » cette semaine) tout va bien, les cernes sous les yeux , le sourire aux lèvres, et le compte à rebours des vacances qui s’est enclenché ! 

Bon , si je reviens vers vous dans cet article c’est parce que j’ai entendu des parents qui ont ressentis ou ressentent aujourd’hui un rejet de la part de leur enfant … hallelujah je n’étais pas là seule et rassurez vous n’êtes pas seul ! Et bien qu’aujourd’hui tous ce passe à merveille j’ai eu ma fameuse phase de rejet , du moins ma fille l’a eu envers moi. 

Pourquoi ? Je n’en sais toujours rien, il paraît que ce n’est pas rare, mais pour parler plus concrètement j’ai vécu 15 jours / 3 semaines où je paraissais inexistante et inutile aux yeux de ma nenette. J’étais désarmé, elle quémander sans cesse son père, je ne pouvais pas la toucher ni la câliner, ni même lui parler ou m’assoir à côté d’elle, c’était un sentiment horrible. Et plus je me faisait « renvoyer » plus inconsciemment je me braquais et m’éloigner d’elle pour éviter « la crise »: cercle vicieux. 

J’en suis arrivais à un dernier point où ça devenait insupportable et même où ça me faisait mal, et c’est juste à ce moment là où j’ai eu une grosse remise en question, que j’ai trouver la solution et où je me suis poser la bonne question: comment me reconnecter avec mon enfant ?

J’ai d’abord pris l’initiative (par la ruse) de faire une sortie juste elle et moi juste une demi journée, et celle ci c’est très bien passée , puis instaurer une routine du type « tout les soirs c’est papa qui te met dans ton lit et maman qui lira une histoire, maman t’habille et papa t’amènes a l’école » en fonction des parents et de l’enfant, au début c’était pas ça, mais petit à petit ça a marché ! Puis avoir une activité rien qu’a nous, quelquechose, un moment, qui n’appartiendrait qu’à nous deux. Et aussi exprimer ces émotions autant envers son partenaire qu’envers son enfant, ne pas attendre que la coupe soit pleine mais dire les choses au moment où on les ressent. Et surtout manifester son amour. Lorsque votre enfant vous repousse, ne le forcez pas à vous faire un câlin. Dites-lui simplement que vous êtes là pour lui et que vous l’aimez. De plus, s’il se décide à vous faire un câlin, ne lui reprochez pas qu’il ne vous en fait pas assez ou que ça fait longtemps. Profitez de l’instant présent. Et bien évidemment écouter vraiment et parler.

Même tout petit, l’enfant comprend l’intention de nos mots. Il ne faut pas hésiter à lui parler, lui expliquer, lui avouer nos peurs, nos émotions, et essayer de poser des mots sur ses émotions à lui, pour qu’il apprenne à les comprendre. Ça a été mes 4 piliers pour réformer cette complicité avec ma puce:

1 – L’écouter ✨

Même si notre petit bout ne fait pas encore de phrases ou qu’il parle en “bouillie”, on ne doit pas hésiter à lui demander comme il se sent. Il ne saura pas forcément poser des mots, mais il saura l’ exprimer comme il le peut (pleurs, cris, ..), et ça lui fera du bien.

2 – Lui dire qu’on l’aime ✨

Il ne faut pas minimiser ces mots. Ils donnent confiance, ils renforcent la relation parent-enfant, ils apaisent. Dire “je t’aime, même quand tu es en colère” les rassure.

3 – Avoir de l’empathie ✨

Se mettre à sa place, essayer de comprendre sincèrement ce qu’il peut ressentir, même si nous ne ressentons pas les choses de la même manière quand on est un tout petit, laissons la place à notre enfant intérieur qui  saura nous aiguiller.

4 – Chercher une solution ensemble ✨

Lui demander ce qui pourrait l’aider à aller mieux, ce qu’on peut faire pour lui, est-ce que c’est un câlin ? est-ce que c’est une promenade qui lui fera du bien ? Notre petit (ou grand) saura nous aiguiller vers la solution.

 

Du fait de m’y être tenue, et d’avoir instaurer toutes ces routines, ce changement dont j’avais besoin et finalement elle aussi autant du point de vue affectif qu’ éducatif, en quelques jours tout avait repris forme. Elle savait que à ce moment dans sa journée elle ferait quelques chose juste avec sa maman et si c’était le papa , elle serait déboussolée même attristé de ne pas le faire avec moi, ça m’a dessuite redonner confiance et on a su récupérer la belle complicité que l’on a su garder jusqu’ici. Même si vous cumulez les échecs durant cette phase ne soyez pas démissionnaires,

*ne rien lâcher* !

J’ai appris et compris que le rejet ce n’est pas grave et venant de la part d’un bébé c’est complètement innocent, ce qui compte c’est que vous fassiez tout pour le bien de votre enfant, c’est apprendre à donner sans attendre en retour, et que votre enfant sache que vous l’aimer et que vous êtes là pour lui, il doit se sentir aimer et en sécurité près de vous peut importe contre qui il s’endort, peut importe avec qui il préfèrera jouer ou avoir un câlin, il y aura toujours des phases plutôt papa ou plutôt maman, ne le prenais pas pour vous, essayer juste de changer quelques petites choses dans votre quotidien, juste revoir un peu la manière dont vous vous adresser à lui, juste écouter ses émotions pour que l’harmonie revienne se greffer entre vous être votre petit bout. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *