Montessori et moi

Aujourd’hui Kacy a deux ans et demi…

Je me suis longtemps demander si les valeurs que je lui inculquer était les bonnes, si ses coups de colère et certains de ces caprices n’étaient pas de ma faute, vous savez cette question qu’on se pose du genre « suis je passée a cote de quelque chose, et ai je mal fais ceci? ne suis je pas trop ou pas assez cela? » J’ai cru a plusieurs reprises perde mes moyens et me sentir complètement démunit. Depuis ma reconversion professionnelle, en tant qu’ assistante maternelle, je me suis tourné vers une formation appelé la pédagogie Montessori. Ce nom vous dit certainement quelque chose, glisser dans quelques brochures en attendant chez la pédiatre,  ou en discussion a la volée a la crèche. Je n’en avait pas conscience mais cette pédagogie, que je signifierai plus de philosophie désormais, a littéralement changer ma façon d’éduquer mon enfant.

Cette façon d’amener les choses, a harmonisé tout le déroulement de l’éducation que je transmet désormais à ma fille ainsi qu’aux enfants que j’accueil, et les parents de ceux la ont très vite vu la différence chez eux.

Le principe et simple, laisser l’enfant en pleine autonomie, ne pas lui imposer une routine ou une activité , mais lui permettre d’accéder à ce dont lui a besoin. Nous sommes en tant qu’éducateur « juste » pilier de son évolution, une aide, un soutien avec lequel il pourra avancer et se forger en tant qu’individu.

Le fait que l’enfant se sente libre de ses choix, de ses mouvements, il trouve rapidement sa propre identité et devient acteur de sa propre construction.Le concept peut paraître confus, mais il faut un peu de temps ou plutôt d’organisation pour l’instaurer. Il repose sur des aspects à la fois matériels, physiques et temporels, humains mais aussi sociaux, pensés pour encourager l’activité autonome de l’enfant. L’aspect sensoriel et l’un des plus important, le touché, le mouvement libre, le langage, c’est ce qui lui permettra d’évoluer, de se faire comprendre, d’avoir confiance en lui, d’oser découvrir le monde… je reprendrais d’ailleurs une phrase de cette ingénieuse pédagogue: « l’enfant n’est pas un vase que l’on remplit, mais une source que l’on laisse jaillir ».

Pour favoriser l’activité spontanée et l’autonomie, j’ai du adaptés les espaces de jeux, les objets à la taille et à la force de l’enfant, non pas à l’age car il saura de lui même s’il en ai capable ou non. Des éléments lui permettant de les déplacer, de les manier sans l’aide d’un adulte. Ils sont attrayants par la matière, la couleur et l’harmonie des formes, ils sollicitent la curiosité et l’invitent à explorer, à les manipuler selon ses goûts et ses intérêts immédiats.

Pour ma part je travail beaucoup avec des matières plus noble et essaie d’instaurer une méthode « zéro déchets » : je favorise les jouets en bois par exemple (briquettes, voitures…), ou de simples petites bouteilles recyclées en instruments de musique avec différentes contenances pour créer différents sons, une boite surprise avec différents petits objets de couleurs et de matières différentes ( un trousseau de clefs, un bout de papier à poncer, un collier en perles…) vous pouvez confectionner de superbes trésors qui aideront à favoriser le développement. A savoir que la possibilité de maintenir avec intérêt l’attention de l’enfant ne dépend pas tant de la qualité des objets que des buts et de l’intérêt qu’offre l’activité. Les meubles sont à hauteurs d’enfants, j’ai tout réorganiser de façon a ce qu’ils soient les plus autonomes possibles.

Enfin, cette pédagogie m’a beaucoup appris sur moi même, je suis moins sur ma fille, a vouloir lui imposer tel ou telle chose, du coup je déstresse complètement et vu qu’elle décide de sa propre activité et se rend compte qu’elle y arrive a elle seule, elle est largement plus épanouie et moi je déculpabilise. Elle a changé ma façon de travailler et de voir évoluer tout ce petit monde. je reste a l’écart mais disponible, j’intervient avec justesse et discrétion, j’analyse au mieux le developpement de l’enfant afin de pouvoir voir ou il en ai et de répondre a ses besoins,et naturellement un climat de confiance, de joie, de liberté et de respect mutuel s’instaure.

C’est un très beau métier que de pouvoir soutenir un enfant en plein éveil et d’accomplir sa mission, afin qu’il puisse devenir un adulte, un individu complet tant dans ses compétences que dans ses émotions. Oui être parent est un très beau métier… 😉

 

2 Replies to “Montessori et moi”

  1. Très bon article Caro! J’ai pris plaisir à le lire, super intéressant et constructif. J’ai aussi rejoint la méthode Montessori pour Adam, il y a encore pas mal de travail a faire à la maison (car il faut repensé tout l’aménagement de l’appart mine de rien 😁) mais il est déjà ravi de ne plus avoir de barreaux a son lit pour pouvoir aller et venir comme il le veut, et il a eu pour ses 2 ans une tour d’observation… alors là je te dis pas! Il en est tellement ravi ! Trop chouette de pouvoir se laver les mains tout seul comme un grand et d’attraper un biscuit au placard en cas de petit creux. Encore bravo pour ton article, je continuerais à te lire 😁😁

    1. C’est un super apprentissage pour nos petits loups ! Tu dois être tellement fière de le voir faire « comme un grand » !! Belle continuation. Et Merci beaucoup.

Laisser un commentaire