ONCE UPON A DREAM


Vie de maman / samedi, avril 14th, 2018

Il était une fois … un jour, une heure ou peut être juste quelques minutes. J’étais là, à me demander ce que j’allais découvrir, ce que j’allais ressentir. C’était au début du mois de février, quel jour ? Alors ça… je sais qu’il pleuvait dehors, ça je sais… je me suis enfermé dans ma salle de bain et j’ai commencer à tourné en rond, puis en carré puis bref … au bout de 20 minutes j’ai finis par le faire, puis j’ai attendu, attendu que cette languette bleue vienne chambouler ma vie.

Et puis voila vous connaissez ce qui s’est passer j’en suis sûr, la gifle. Une torgnole plus forte encore que celle que m’avait mis mon père une fois… celle que je vivais à ce moment précis elle était forte en tout,(Oula…tu l’aurai reçu celle-la papa elle t’aurai jeter au pied de Zeus)… Ce choque, si puissant et m’explosant dans l’inconnu, la confusion, le stress: j’ai d’abord rie, nerveusement , puis pleurer, puis rie en pleurant et pleurer en riant, j’ai voulu crier mais ma gorge était trop serrée par mon coeur trop palpitante et mes sanglots trop étouffants … je me suis d’abord assise par terre la tête entre mes mains.

J’ai inspiré puis expiré fort, essuyé mes joues dégoulinantes. J’ai soufflé encore comme pour me dire «ça va aller » , alors que je savais que ça aller aller, puisque c’était ce que je souhaitais depuis des semaines et des mois, mais, c’est juste que, j’étais entrain de réaliser que ma vie ne serait plus jamais la même, je devais dire « aurevoir » à mon moi.

C’était comme naître une seconde fois, comme si ma vie avant ça, ne compterait jamais dans celle qui m’attendait… j’ai ouvert la fenêtre pour respirer plus fort encore, la pluie se mélangeant à mes litres de larmes, des larmes qui dégagées beaucoup du passé: une enfance mal gérée, de vieilles blessures encrées, des amours futiles, des joies et des amitiés trop gâchées, de tout, de rien, tout ce qu’il restait de plus profond, je jeter mon ancien moi et toute ma mélancolie dans ces eaux salées.

Je m’était enfin trouvé et je savais que ce qui m’attendais aller être meilleur et merveilleux. Et je vous le dis ma vie est méconnaissable et ce changement à tellement améliorer mes façons de penser, de voir le monde, à favoriser et endurcit mes liens avec ma famille, mes amis, et je ne me voit plus être celle d’avant, d’ailleur je ne m’en souviens plus…

Alors non, mesdames et messieurs, je ne suis plus la même: je suis «maman».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *